On juge le degré de civilisation d'une société à la façon dont elle prend en charge le sort des malades mentaux. (J. Ayme)



TRAVERSES Ile de France



Formation psychologique et psychiatrique


Depuis 1984, la section Ile-de-France de l'association organise un cycle de Formation psychologique et psychiatrique.

La formation proposée s’adresse de manière privilégiée aux aumôniers des hôpitaux et des prisons, mais aussi à toute personne à qui son institution référente propose la difficile mise en relation avec des personnes souffrantes.
Cette formation ne propose pas des recettes pour se protéger de l’angoisse engendrée par cette relation, mais au contraire elle se propose de créer les conditions psychologiques pour une ouverture étayée à la souffrance de l’autre. Elle n’est pas une protection par le savoir, mais tentative d’affermissement de sa propre personnalité. La formation est donc au long cours, sur un an et demi.
1/ Enseignement Pour la première année, nous proposons le matin un socle de connaissances psychologiques et du développement de la personnalité et la seconde année, pendant les six mois suivants, des éléments de repérage en psychopathologie.
2/ Rencontres avec des praticiens L’après-midi, nous invitons des professionnels des multiples champs concernés. Ils apportent leur réflexion sur la pratique dont ils ont la responsabilité et donnent une ouverture sur la complexité des situations : psychiatres, travailleurs sociaux, psychologues, juristes, etc..
3 / Supervision par un psychanalyste Ensuite, le groupe est scindé en deux pour s’engager dans une supervision collective avec deux analystes. L’effet de ce travail sur soi-même et sur son implication personnelle est de permettre que se développe une sensibilité à l’effet de sa parole. Il vise à l’élaborer par l’implication dans une relation interpersonnelle et dans la dynamique d’un groupe.
Pour ces multiples raisons, la formation doit aborder progressivement et sur une longue durée la spécificité de la mise en relation avec des personnes en situation de souffrance psychique que l’origine en soit psychiatrique, physique ou sociale.


  • UN NOUVEAU CYCLE DE FORMATION A DEBUTE EN JANVIER 2017 POUR S'ACHEVER EN JUIN 2018

  •   Les informations concernant cette formation 2017-2018 sont à télécharger ici

    LA SECTION TRAVERSES ILE-DE-FRANCE anime également des journées de réflexion et de recherche.


    Les mardi 14 et mercredi 15 avril 2015, à Paris.
    le thème était "LA PEUR Emotion mortifère ? Nécessité vitale ?"

      L'exposé du Dr Alain Deniau est à télécharger ici
      Les notes de participants suite à l'intervention de Bertrand Vergely sont à télécharger ici

    L'ARGUMENTAIRE DU STAGE:
    La peur : un mot unique pour dire une expérience universelle aux manifestations multiples.
    Quoi de commun entre la peur d’une agression et la peur de vieillir ?
    Entre la peur de souffrir et la peur d’une responsabilité ?

    Peur de soi, peur de l’autre,
    peur de vivre, peur de mourir,
    peur normale,
    peur pathologique : dans son absence totale ou son envahissement totalitaire,
    peur comme outil de pouvoir ou de haine, dans la sphère privée ou politique.

    Quelles représentations en avons-nous ? Quelles défenses lui opposons-nous lorsqu’elle nous saisit ? Qu’élaborons-nous face à l’inexplicable, à l’irreprésentable ?
    Comment reconnaître nos peurs ?
    Comment les nommer ?
    Comment les traverser et pour quoi faire ?

    Et si, reconnues et nommées par-delà leur fonction d’alarme, par-delà la sidération ou la panique, elles étaient moteur de vie et de liberté ?

    Nous tenterons de voir comment, à travers nos histoires singulières et collectives, cette conscience de soi qu’est la peur peut contribuer à nous rendre plus vivant, plus incarné, plus humain?


    RENSEIGNEMENTS :
      secretariat.traversesidf@yahoo.fr
    chez Geneviève Robert
    9 rue des Tartres
    95110 SANNOIS
    06 01 80 12 78


    Les précédentes journées ont eu lieu les mardi 19 et mercredi 20 mars 2013, à Chevilly-Larue (94)
    le thème était "Rencontre de la personne souffrante :entre pouvoir et impuissance, quelle présence ?"
      La plaquette est à télécharger ici

    L'ARGUMENTAIRE:
    Qu’est-ce qui se passe ?
    Qui me demande ?
    Que me veut-on ?
    Qu’est-ce qui m’inspire ?
    Que puis-je oser ?
    Nous avons de quoi raconter.

    « Vous commencerez par le respect » indique Maurice Bellet.
    « Qui es-tu, toi qui prétends m’aider ? » proteste un homme à la rue.
    « Des fleurs avant le pain » préfèrent les Petits Frères des Pauvres.
    « La rose est sans pourquoi » murmure Angélus Silésius.
    Nos rencontres avec l’autre, la personne souffrante bousculent les représentations, les idéaux, les bons sentiments, les certitudes qui nous habitent. Comment connaître en moi, reconnaître entre nous, le désir de donner et de recevoir et d’en édifier de l’habitable ? Entre pouvoir et impuissance, « quelle présence humaine à l’humain, quelle habitation d’une parole donatrice ? » sont à l’œuvre ? demande encore Maurice Bellet. Nous avons à entendre la parole de l’autre, également en ce qu’elle désillusionne, démythifie et finalement libère. Prendrons-nous le risque, à travers des récits, d’accueillir ce qui se passe pour nous, pour l’autre, lorsqu’un JE rencontre un TU ? Entre le pouvoir et l’impuissance des institutions, services, projets ou promesses, quels dépits ou colères, quels enchantements aussi, et quels espoirs solides permettent d’accéder à plus de réalisme et d’atteindre à la créativité ? Par quelles médiations ? Jusqu’à nous dire quelle société nous voulons.